27 avril, 2007

Pour qui vont voter Corsica Nazione et Batasuna? (20Minutes du 27/04/2007)

Classé dans : actu,présidentielles françaises — declarationcorti @ 15:51

ls appellent à l’abstention au second tour de la présidentielle mais comptent bien remettre la question des nations sans états sous tutelle franaise au centre de l’agenda du nouveau président de la République. Les mouvements nationalistes corse, basque et breton, qui ont organisé une conférence de presse commune jeudi matin à Paris, ont rejeté aussi bien la candidature de Ségolne Royal que de Nicolas Sarkozy, représentants d’un Etat jacobin et centraliste.Comme au premier tour, Corsica Nazione independente et la branche française de Batasuna (la branche politique de l’ETA interdite en Espagne) considrent que les èlections françaises ne les concernent pas puisque la France est une puissance qui leur est étrangère. Même analyse pour les Bretons de Emgann (bataille) -Mouvement de la gauche indpendantiste qui souhaitent, eux, que leurs sympathisants glissent dans l’urne un bulletin frappé dun drapeau breton.Deux candidats qui ne répondent pas aux aspirations régionalistes.Les trois organisations, signataires de la déclaration de Corti réclamant notamment le droit à  l’autodétermination  disent pour autant ne pas avoir mis les douze candidats du premier tour dans le même sac. Ainsi, José Bové, Dominique Voynet et surtout Olivier Besancenot ont répondu, disent-ils, positivement  leurs revendications.
Mais certainement pas les deux finalistes. « Sarkozy a fait ses preuves en matiere de répression, souligne ainsi Jean-Guy Talamoni, président du groupe nationaliste à  l’Assemblée de Corse. Quant  Ségolène Royal, on se demande pourquoi elle est venue en Corse durant la campagne. Serrée tout au long de sa visite par Emile Zuccarelli, maire de Bastia et gardien du temple jacobin, elle n’a même pas parlé de la situation insulaire ». Et de se moquer: » Elle propose que la France signe la Charte des langues europennes alors que cest déjà fait. On voit que cest pas sa proccupation principale ».

Ne pas se faire l’exgèse des clandestins

Mais Talamoni se dit optimiste. Il nexclut pas que la candidate socialiste reprenne le flambeau du processus de Matignon, engagé par Lionel Jospin et interrompu par la victoire de la droite aux lgislatives de 2002. Il croit même que Nicolas Sarkozy pourrait remettre sur le tapis l’idée dun référendum sur l’évolution institutionnelle de l’ lle.En attendant, il reconnait que la série d’attentats qui touche la Corse depuis quelques jours est liée évidemment aux élections. Mais refuse de se faire l’exgèse des intentions des clandestins.
Alexandre Sulzer

20Minutes.fr, ditions du 26/04/2007 – 13h56

dernire mise  jour : 26/04/2007 – 15h39

  

20 avril, 2007

batasuna appelle à l’abstention le 22 avril

Classé dans : Non classé — declarationcorti @ 14:55

Jean-Claude AGUERRE / BATASUNA
Le 22 abstention !
Les 12 candidats à la présidentielle sont confrontés à un sujet central dans cette campagne, l’identité nationale française. Chacun a sa vision, ou plutôt sa recette. Mais avec ce questionnement, la réalité de nos nations sans état que sont les corses, les bretons, les basques, les occitans, et tous les territoires d’outre-mer s’en trouve malmenée.

Malheureusement, la tournure de ce débat s’oriente plus vers le nombril franco-français que vers une réelle ouverture aux peuples, et au respect de leurs identités.

En revanche, en août 2006, un événement important a eu lieu : la déclaration de Corti. En effet, entre les nations minorisées de l’Etat français, nous nous sommes mis d’accord sur la revendication de 5 droits qui sont pour nous, fondamentaux : le droit à l’autodétermination, le statut de nos langues, le développement économique et social, la reconnaissance des peuples, et le processus de décolonisation. Sur la base de cette déclaration, et par le biais d’une interpellation, nous avons sollicité tous les candidats à la présidentielle et testé leur solidarité envers la cause basque et à nos droits. Mis à part Besancenot, et de manière plus timorée Bové ou Voynet, le respect du droit à l’autodétermination de nos peuples n’est pas à l’ordre du jour.

Dès lors, il est clair que les nations sans état se feront entendre, reconnaître et respecter par leur propre détermination et courage. Au Pays Basque, les exemples de mépris et de dédain sont notre pain quotidien. Il n’y a pas grand-chose à attendre de Paris, si ce n’est des éternelles pseudo-mesures ou des « miroirs aux alouettes », comme Pays Basque 2020 entre autres. C’est précisément l’analyse que Batasuna a explicitée à Ustaritze le 27 janvier dernier. Batasuna y a formulé son projet national pour l’élaboration d’un cadre démocratique, qui se décline en projet d’autonomie en ce qui concerne le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule.

Le ou la prochain(e) président(e) de la République Française aura à inscrire dans son agenda la problématique des nations sans état, afin d’assouvir leurs droits, et de résoudre leur situation.

Cela étant, le 22 avril il faut faire un choix et il revient à Batasuna de se positionner. Ces présidentielles 2007 se déroulent dans un état plus que jamais centraliste et jacobin qui nie totalement le Pays Basque. En tant que pays, notre participation et notre soutien au scrutin, cela tient du suicide politique. Certes en tant que citoyen(ne), l’analyse peut en être tout autre. Il n’empêche que nous nous devons aussi de nous affirmer en tant que peuple.

Alors, pour affirmer que nous n’acceptons pas cette République française discriminatoire, dite « la patrie des droits de l’Homme », mais qui en réalité nie les droits fondamentaux de nos Peuples, qui méprise et refuse de reconnaître toute existence au Pays Basque et qui s’acharne contre toute initiative visant à permettre au Pays Basque de se prendre en main (chambre d’agriculture, enseignement en euskara, revendication institutionnelleŠ), le 22 avril abstention militante !

CNI appelle a une non participation aux élections présidentielles

Classé dans : Non classé — declarationcorti @ 14:50

Corsica Nazione Indipendente appelle à une non participation le 22 avril aux Elections Présidentielles Françaises
Le 19 avril 2007 : (Corse – élections présidentielles) Dans une conférence de presse suivie des questions de la presse, Corsica Nazione Indipendente appelle à une non participation aux élections présidentielles. Corsica Nazione Indipendente explique aussi que sa position n’est pas en opposition avec celles de ses partenaires du mouvement national.

Dans la vidéo ci dessous, Corsica Nazione Indipendente explique le choix de la non participation plutôt que l’appel au vote Blanc et clarifie une bonne fois pour toute sa position vis à vis du Front National et se son représentant insulaire.

Dans une déclaration, un représentant de Corsica Nazione Indipendente rappellera que le Front National, Le Pen, Olivier Martinelli, sont au même titre que Messieurs Zuccarelli, Santini, et Rocca Serra des représentants d’une classe politique traditionnelle qu’il faudra abattre politiquement.

l’affiche « respectez nos droits »

Classé dans : Non classé — declarationcorti @ 14:46

l'affiche afitxa.pdf

16 avril, 2007

Votez pour la Bretagne

Classé dans : Non classé — declarationcorti @ 15:54

manif

Votez pour la Bretagne
A l’occasion de la manifestation de Lorient en faveur des écoles Diwan, des représentants d’Emgann, République Bretonne, Batasuna (Pays basque) et Anaram au Patac (Occitanie) se sont réunis à 14h devant l’Hôtel de ville. République bretonne reprend à son compte les points revendicatifs de la déclaration de Corti pour défendre et promouvoir le droit à l’autodétermination du peuple breton en cette période de débat présidentiel. Le travail commun de douze organisations internationales représentantes des Nations sans Etat sous domination française, aura permis une prise de position publique sur la déclaration de Corti de 3 candidats Olivier Besancenot, José Bové et Dominique Voynet. Le candidat de la LCR a approuvé les cinq points de la déclaration, José Bové les approuve en partie, et Domique Voynet se positionne pour l’officialisation de nos langues mais pas pour le droit à l’autodétermination. Les réponses de ces candidats sont pour nous une réussite et témoignent de notre détermination à faire reconnaître nos droits démocratiques. La présence de la déclaration de Corti dans ce débat présidentiel est un point de départ, notre travail en commun est appelé à continuer notamment auprès des instances internationales et de l’Europe. Nous reconnaissons les prises de positions des candidats susnommés mais n’appelons pas pour autant à voter pour eux. Aux vues de leurs programmes et de leurs engagements prioritaires aucun n’apporte la garanti d’un exercice affirmé du droit à l’autodétermination pour la Bretagne. Il y a pour nous un projet de longue haleine à construire pour la Bretagne qui va bien au-delà de ces élections. Nous ne construirons la Bretagne de l’avenir que par nous même. C’est pourquoi République Bretonne appel tous les Bretons et Bretonnes attachés au droit démocratique de pouvoir décider eux-mêmes pour leur pays de voter pour la Bretagne ! Ceci en glissant dans l’urne dés le premier tour le bulletin gwenn ha du distribué par République Bretonne Bretons, nous sommes une nation nous avons le droit de décider !

Le coordinateur : Corentin Lemonnier

La déclaration de Corti :

Nous organisations issues des peuples Corse, Polynesien, Basque, Breton, Catalan, Occitan et Martiniquais, Guyanais tant en vertu du droit national qu’en référence à la résolution 1514 des nations unies et de la charte des droits civils et politiques des nations Unies de 1966, déclarons solennellement le caractère imprescriptible et inaliénable des droits suivants:

1°) droit de mettre en œuvre, dans le cadre d’un statut officiel, le développement de nos langues et cultures.

2°) droit de promouvoir et de maîtriser son développement économique et social.

3°) droit à la reconnaissance comme peuple et nation.

4°) droit à l’autodétermination.

5°) droit à mettre en œuvre un processus de décolonisation.

Batasuna, Abertzaleen Batasuna (Euskal Herria, Pays Basque), Corsica Nazione independente (Corsica), Emgann-Mouvement de la Gauche Indépendantiste (Breizh), Tavini Huiratira (Polynésie), Parti Komunis Pou Lendependans ek Sosyalism et Consel National des Conseils Populaires (Martinique), Anaram Au Patac (Mouvement de la Gauche Revolutionaire Occitanne), Mouvement de Décolonisation et d’Emancipation Sociale (Guyane), ERC Gauche Republicaine Catalane, Union du Peuple Alsacien (Alsace)

Republik Breizh evit ma c’hellfe hon identelezh, digor war ar bed, kenderc’hel da vleuñviñ ! Republik Breizh evit ma vefe komzet ha bev hor yezh, hag evit ma adkavfe ur statud ofisiel ! Republik Breizh evit bezañ dileuriet en ensavadurioù etrevroadel ! Republik Breizh evit mestroniañ hon danvezioù naturel ! Republik Breizh evit reneveziñ an demokratelezh ! Ha dreist-holl, Republik Breizh evit sevel ur c’hengred sokial nevez ! Setu pal ar re a vez kavet dindan an anv-se evit dont a-benn da vodañ ar re a gav dezho e rank pobl Vreizh mestroniañ he dazont. Une République Bretonne pour que notre identité, ouverte sur le monde et intégratrice, continue à s’épanouir ! Une République Bretonne pour que notre langue vive, soit parlée et retrouve un statut de langue officielle ! Une République Bretonne pour pouvoir être représentés dans les institutions internationales ! Une République Bretonne pour maîtriser nos ressources naturelles ! Une République Bretonne pour rénover la démocratie ! Et surtout une République Bretonne pour construire de nouvelles solidarités sociales ! C’est le but que se fixe ceux et celles qui se retrouvent sous ce sigle afin de rassembler tous ceux et celles qui pensent que le peuple breton doit maîtriser son destin. Voir le site

conférence de presse du 28/03/07

Classé dans : présidentielles françaises — declarationcorti @ 15:37

Conférence de presse 28 mars 2007

- JG Talamoni a rappelé qu’au mois d’août 2006 était rendue publique une déclaration commune aux mouvements politiques représentants les nations sans états sous tutelle française.pour réclamer un certins nombres de droits à l’état français.
Et que lLe 21 février dernier par une conférence de presse une partie des mouvements signataires interpellaient les candidats et candidates à l’élection présidentielle française sur les 5 points de la déclaration de Corti a la suite de quoi un courrier était envoyé aux principaux candidats à l’exception de J.M Le Pen.

- Puis Marie Alcide du MDES de guyane a fait le point sur les réponses reçues:

A ce jour seul Olivier Besancenot,josé Bové et Dominique Voynet ont répondu officiellement à l’interpellation.
En ce qui concerne Besancenot: il a répondu intégralement et qui plus est positivement sur l’ensemble des 5 points.De plus O. Besancenot s’est déclaré publiquement favorable aux rapprochements des prisonnier/es politiques basques et corses.

Dominique Voynet: s’est prononcée pour l’officialisation des langues minorisées,pour un état fédéral et pour la reconnaissance des spécificités des différents territoires.

José Bové : en outre que son programme prone la défense des langues et cultures minoritaires et l’autodétermination pour les DOM TOM, il s’est prononcé dans le mensuel Corse “u ribonbu” en faveur du droit à l’autodétermination.

G. Schivardi : s’est déclaré ce jour dans le quotidien “Corse-Matin”en faveur de l’indépendance de la Corse, de la martinique et de la guadeloupe.

Ségolène Royal: s’est prononcée publiquement pour la ratification par la france de la charte européenne des langues régionales et minoritaires.

François Bayrou: s’est déclaré en faveur de la ratification de cette charte,pour la défense des langues et cultures minoritaires et pour l’abrogation de l’article 2 de la constitution française qui stipule que le français eest la langue de la république et qui empêche le développement des langues minorisées.

F. Nihous: dans son programme se dit favorable à l’enseignement des langues et cultures minoritaires.

Les autres candidats n’abordent aucune des questions posées par la déclaration de Corti.

-Enfin Joseba alvarez de Batasuna a conclu en disant:
1°) nous avons obtenu une première réussite en faisant en sorte que des candidat/es se positionnent sur les ou des points de la déclaration de Corti
2°) que le travail en commun entre les différents mouvements va continuer et ce quel que soit le résultat de la présidentielle, notemment par des campagnes auprés des institutions européennes, et que cette campagne n’est qu’un point de départ et pas une fin en soi.

appeldecorti1.jpg

Manifestation pour la langue occitane le 17/03/2007 à Béziers

Classé dans : droits linguistiques et culturels — declarationcorti @ 15:17

Le 17 mars a eu lieu une gigantesque manifestation pour la langue occitane (20 000 personnes). Une banderole en faveur de l’officialisation des langues minorisées a été tenue par une délégation de mouvements signataires de l’appel de Corti. En outre deux mouvements signataires (ERC des pays catalans et Anaram au Patac d’occitanie) avaient leurs propres cortèges.

 p10100242.jpg

meeting république bretonne le 2/03/07

Classé dans : Non classé — declarationcorti @ 15:16

Le vendredi 02 mars 2007 près d’une centaine de personnes ont participées au meeting placé sous le slogan « Elections françaises ? République Bretonne ! » organisé par le Mouvement de la Gauche Indépendantiste-Emgann à Rennes. Il s’agissait de replacer dans l’actualité l’appel de Corte signé par plus d’une douzaine d’organisations de peuples sous domination française. Le meeting a commencé par la présentation des invités par un jeune militant ayant rejoint Emgann-MGI récemment. Il a ensuite lu une intervention du mouvement Anaram Au Patac (Gauche Révolutionnaire Occitanne) qui n’avait pu être présent retenu par la préparation de la grande manifestation qui aura lieu le 17 mars prochain à Beziers. Puis c’est Marie Marceline du Mouvement de décolonisation et d’Emancipation Sociale de Guyane qui a prit la parole. C’est sans doute une intervention qui aura beaucoup marqué les esprits tant la réalité d’oppression économique, sociale, linguistique et politique du peuple Guyanais a été décrite par notre camarade avec émotion et réalisme. Xabi Larralde, membre de la direction du parti indépendantiste Basque Batasuna a rappelé l’interdiction de vote que subissent des centaines de milliers de citoyens Basques de part l’interdiction de ce parti au Pays Basque sous domination espagnol. Il a souligné l’immobilisme de l’état français dans le processus de négociation et de paix entamé il y a quelques mois et qui doit se poursuivre malgré de grandes difficultés. Sans oublié bien sur de parler de la situation de négation de l’identité Basque de la moitié du département des Pyrénées Atlantiques par ce même état qui répond aux demandes d’évolution institutionnelle par le mépris ou la répression. Après une courte intervention d’un jeune militant du Comité Breton de Solidarité Internationaliste récemment créé à Rennes pour faire connaître la lutte de libération nationale et sociale du peuple Breton à l’extérieur et organiser la solidarité avec les peuples en lutte pour leurs droits depuis la Bretagne, la parole fut donnée à Gael Roblin (Porte-Parole d’Emgann). Voici la conclusion de ce discours prononcé à cette occasion :

« Les signataires de l’appel de Corte ont écrit au différents candidats à la présidentielle française qui mènent une campagne bien terne en terme de débat de projet de société, pour les interpeller sur les points de notre appel. Chacun définira ses consignes de vote, car les situations sont différentes. Mais faute de réponse avant le 16 mars prenant en compte ces revendications fondamentales et validées par le droit international que la France prétend respecter que certains souhaitent présider, emgann et tous les Bretons partageant notre analyse fera campagne pour glisser dans l’urne un bulletin en forme de Gwenn ha du sur lequel sera inscrit Bretons nous sommes une nation, nous avons le droit décider !.

Le diffuser, pas seulement sur le web où il sera disponible, permettra de gagner à nos idées de nombreux Bretons. Nous construirons une structure souple avec tout les Bretons de bonne volonté , appelée République Bretonne. Nous souhaitons ardemment que cela soit aussi un outil pour construire sur le long terme un mouvement politique breton vaste et mobilisateur, novateur pour susciter des débats afin de faire évoluer la Bretagne vers plus de souveraineté nationale et populaire.

Nous avons besoin d’une république Bretonne pour que notre identité, ouverte sur le monde et intégratrice, continue à s’épanouir !

Nous avons besoin d’une république Bretonne pour que notre langue vive, et soit parlée et retrouve un statut de langue officielle !

Nous avons besoin d’une république Bretonne pour pouvoir être représentés dans les institutions internationales !

Nous avons besoin d’une république Bretonne pour contrôler nos ressources naturelles !

Nous avons besoin d’une république Bretonne pour rénover la démocratie !

Et surtout nous avons besoin d’une république Bretonne pour construire de nouvelles solidarités sociales ! »

Rendez vous dés les prochaines semaines sous la bannière REPUBLIQUE BRETONNE !

GR

texte intégral du discours en écrivant à : emgannetre@no.log.org

http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=6334&title=R%E9publique%20Bretonne

13 avril, 2007

la réponse d’Olivier Besancenot

Classé dans : présidentielles françaises — declarationcorti @ 17:32

Ce courrier électronique pour confirmer qu’Olivier Besancenot adhére bien aux principes  suivants.

 1.Droit de mettre en ouvre, dans le cadre d’un statut officiel, le développement de nos langues et cultures.
2. Droit de promouvoir et de maitriser son développement économique et social.
3. Droit a la reconnaissance comme peuple et nation.
4. Droit a  l’autodétermination.
5. Droit a  mettre en ouvre un processus de décolonisation.
énoncés dans la lettre d’interpellation des candidats à l’élection présidentielle.
Plus précisément, si la question posée est de savoir s’il signe ces engagements, la réponse est OUI.
Ses positions se situent d’ailleurs dans la tradition de la LCR, depuis les années 70, de reconnaissance des peuples sans état et d’attachement au principe d’autodétermination

Compléments pour information

- voir l’interview donnée par Olivier Besancenot a Corsica cette semaine
- ci-aprés, les réponses d’Olivier Besancenot a Armor Magazine

Bonne réception

Amitiés militantes

Annexe : les réponses à Armor Magazine1 - Au sein de la France, il existe un certain nombre de cultures régionales.
Pensez-vous :
- que ces cultures doivent être :
Réponse Olivier Besancenot
encouragées

- qu’il faut faire une place aux langues de ces cultures :
Réponse Olivier Besancenot
Dans la Constitution, dans la vie publique et dans l’enseignement.
En particulier, je pense qu’il faut modifier l’article 2 de la Constitution (sur le français comme langue exclusive de la République) et faire une place à l’enseignement des langues et des cultures régionales dans l’enseignement public. Je rappelle que depuis longtemps la LCR s’était prononcée pour l’intégration des écoles Diwan (qui le demandaient) dans l’Education nationale.

- qu’il faut ratifier la Charte européenne des langues régionales :
Réponse Olivier Besancenot
Oui

2 – Le découpage des entités régionales actuelles s’est fait de façon autoritaire.
Pensez-vous :
-  qu’il faille pour les régions :

ο respecter les régions historiques
ο bâtir de nouveaux ensembles plus vastes

Réponse Olivier Besancenot
En fait je pense qu’il est nécessaire de respecter les régions historiques, mais que cela n’exclut pas de bâtir des ensemble plus vastes, l’essentiel étant que les populations soient consultées sur les différentes solutions possibles.

- qu’il faille, pour les départements :
les conserver tels quels
les supprimer
les intégrer aux régions

Réponse Olivier Besancenot
En fait je pense que dans certains cas il faut les conserver tels quels et que dans d’autres cas des regroupements ou des redécoupages peuvent être envisagés (par exemple, « département basque »)

3 – Soutiendrez-vous l’organisation d’un referendum d’initiative populaire posant la question de la réunification de la Bretagne dans sa réalité historique ?

Oui car cela constituerait une réponse tout simplement démocratique aux nombreuses mobilisations sur ce sujet qui se sont déroulées depuis plusieurs années. Je ne connais pas de meilleure solution pour connaître l’opinion des peuples concernés que de les consulter !

4 – La quasi-totalité des États d’Europe a connu une évolution vers des pouvoirs régionaux.

Pensez-vous que la France doit :
ο conserver sa structure centralisée
ο donner plus de pouvoirs et de moyens aux régions
ο évoluer vers un statut de type fédéral
ο donner à certaines régions une forme d’autonomie ?

Réponse Olivier Besancenot
Je pense qu’en matière de droits sociaux et d’accès aux services publics, le cadre doit rester unifié pour garantir l’égalité.
En ce qui concerne l’organisation du pouvoir politique, il faut consulter les populations sur ce qu’elles veulent, la revendication d’autonomie étant très inégalement portée selon les territoires.
Sur le principe, qu’il s’agisse d’autonomie ou même d’indépendance, je suis favorable au principe d’autodétermination.
Je suis aussi obligé de constater que, sous couvert de donner plus de pouvoirs et de moyens aux régions, les différentes réformes de décentralisation ont dans la pratique accru les inégalités et livré les régions à la concurrence marchande au détriment des droits sociaux et de l’égalité.
Quand au fédéralisme, mon critère n’est pas la forme mais le contenu – social et démocratique.

5 – Pensez-vous que l’Europe elle-même doit être conçue sur une architecture fédérale ?

ο oui, pourquoi ?
ο  non, pourquoi ?

Réponse Olivier Besancenot
Même réponse que pour la question précédente.
Pour moi, la question n’est pas de savoir s’il faut une Europe des nations, une Europe des régions, une Europe fédérale ou une Europe confédérale. Mais si nous pouvons bâtir une Europe à fort contenu démocratique et social, par l’égalisation par le haut des acquis, en reprenant dans chaque domaine la législation du pays où elle est le plus favorable.
C’est cette conception qui m’a conduit, il y a deux ans, à mener campagne contre le projet antisocial et antidémocratique de Constitution Européenne.

courrier envoyé aux candidat/es

Classé dans : Non classé,présidentielles françaises — declarationcorti @ 16:49

Paris, le 21 fvrier 2007

 

Aux candidat(e)s  la présidentielle 2007

 

Madame, Monsieur
L’Etat français comprend en son sein un certain nombre de Nations sans états : le Pays Basque, la Corse, la Bretagne, l’Occitanie, la Guyane, la Martinique, la Polynésie, la Kanaki.

Cela tant, la question des droits de ces Peuples nous parait être une question fondamentale a  laquelle le futur Président de la République devra répondre. Le prochain Président de la République ne pourra faire l’impasse du problème relatif au respect des identités nationales dans l’Etat français durant son mandat.

Cest la raison pour laquelle, nous, mouvements qui oeuvrons pour la dfense des droits nationaux de nos Peuples avons décidé d’interpeller en commun tous les candidat(e)s  la Présidence de la République autour des points figurant dans une déclaration rendue publique à  l’occasion des journées internationales de Corti en août dernier (voir ci-joint).

Nous vous demandons donc de vous positionner publiquement durant votre campagne sur les droits suivants :
1. Droit de mettre en ouvre, dans le cadre d’un statut officiel, le développement de nos langues et cultures.
2. Droit de promouvoir et de matriser son développement économique et social.
3. Droit  la reconnaissance comme peuple et nation.
4. Droit à  l’autodétermination.
5. Droit  mettre en ouvre un processus de décolonisation.

Nous nous tenons  votre disposition pour une rencontre.

Recevez Madame, Monsieur, l’expression de nos cordiales salutations.
Batasuna (Pays Basque), Corsica Nazione Independente (Corse), Esquerra Republicana de Catalunya (Catalogne), Pati Komunys pou Lendependans ek Socialism, Coordination Nationale des Comits Populaires (Martinique), Emgann (Bretagne), Mouvement pour la décolonisation et l’Emancipation Sociale (Guyane), Anaram au Patac (Occitanie).

12

mémorial blog |
Section du Parti Socialiste... |
politish |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ce n'est pas rien
| Mouvement Démocrate RENNES ...
| PARTI SOCIALISTE